<<< / actus / catalogue / en savoir + / exposition itinérante / dessins originaux / contact /

 

© arts factory [ éditions ]

/ cahier n°1 / daniel johnston / juin 2007 / 36 pages couleur / format: 17x22 cm / 8,50 €
/ isbn n° 978-2-9515237-1-5 /
épuisé /

Les 32 dessins qui composent ce cahier ont été réalisés par Daniel Johnston au cours de l'été 2006. Une période à la fois délicate - Daniel se remettait alors d'une nouvelle période d'instabilité psychologique - et pleine d'enthousiasme, grâce à la reconnaissance de son oeuvre graphique présentée quelque mois plus tôt dans le cadre de la prestigieuse Biennale du Whitney Museum de New-York. Les familiers de sa production y retrouveront les obsessions habituelles de l'artiste et sa galerie de personnages récurrents, les néophytes découvriront un univers tourmenté où le Bien - des super-héros improbables flanqués de sympathiques petites créatures - livre un combat sans pitié contre le Mal - en vrac et dans le désordre : Satan, les nazis, les "tentatrices" ... La principale victime collatérale de cette lutte étant Daniel lui-même, à travers ses autoportraits particulièrement poignants.

© arts factory [ éditions ]  © arts factory [ éditions ]

Daniel Johnston est né en 1961 à Sacramento (Californie), il vit et travaille au Texas.

Figure culte de la scène musicale alternative américaine, admiré et soutenu par Sonic Youth, Larry Clark, feu Kurt Cobain ou encore David Bowie, Daniel Johnston est considéré comme le père putatif de l'Anti Folk et écume depuis des années les festivals plus ou moins underground de la planète, apportant avec sa candeur et ses incroyables mélodies une fraîcheur inhabituelle sur la scène musicale. Souvent assimilé à un artiste brut de la pop music - il fait face depuis l'adolescence à de sérieux troubles psychologiques ayant à la fois accéléré et perturbé son parcours créatif - Daniel enregistre ses premières chansons sur des cassettes auto produites au tout début des années 80. Il compose et dessine à ce moment là depuis de nombreuses années, notamment pour impressionner Laurie, un amour contrarié qui l'obsède depuis le lycée et qui est encore aujourd'hui un des sujets centraux de son œuvre, au coté des Beatles, Brian Wilson et Jack Kirby auxquels il voue un véritable culte.

 © arts factory [ éditions ]  © arts factory [ éditions ]

Le bouche à oreille aidant, Daniel Johnston est passé des enregistrements lo-fi de ses débuts à des albums proposant une production plus élaborée à l'instar de "Rejected Unknown" (1999) et "Fear Yourself" (2002) . "Discovered / Covered" (2004), rassemble sur un double CD les versions originales de ses classiques, couplées à des reprises par Beck, Tom Waits ou encore Mercury Rev .... Les compilations "Welcome to my world" (2006) et "Lost and found" (2006) ont accompagné la sortie au cinéma et en DVD du film de Jeff Feuerzeig "The Devil and Daniel Johnston" (prix du meilleur réalisateur au Festival de Sundance 2005), familiarisant ainsi une audience plus large à son univers.

© arts factory [ éditions ]   © arts factory [ éditions ]

Salué par le monde de l'art contemporain pour son univers pictural, véritable hommage aux super héros qui ont bercé son enfance, Daniel Johnston est encore plus prolifique avec les stylos feutres qu'au piano. Comme pour ses chansons, la vie et les dessins de Daniel Johnston sont indissociables. Ses images - défilés obsessionnels de Captain America, Casper le fantôme et autres blondes californiennes souvent aux prises avec des forces maléfiques - évoquent une mythologie toute personnelle qui dépasse largement le cadre individuel pour symboliser la schizophrénie de la société américaine dans son ensemble. Une société violente, à la fois puritaine et hyper sexualisée que Daniel, éternel outsider, observe et commente avec une touchante naïveté.


De nombreuses expositions ont présenté son travail, citons parmi les plus marquantes :
"Excuse me I'm Famous" (Paris 2005 / Galerie Arts Factory) , "Daniel Johnston at the Clementine Gallery" (New-York, 2006), "Whitney Museum Biennial" (New-York, 2006), "Love and Nightmares" (Collections de Saint-Cyprien, 2008), "The Devil and The Daniel" (Milan, 2008 / Antonio Colombo Gallery ) … En juin 2007 Arts Factory [ éditions ] publie dans la collection "Dans la marge" un ensemble de 32 dessins inédits, puis en 2009 parait chez Rizzoli Publications une imposante monographie de plus de 350 pages autour de son oeuvre graphique, suivie de "Is and always was" son premier album studio en 7 ans.

 

   © arts factory [ éditions ] / 2007